La formulation de la Question 3 du CF du samedi 2 janvier 2016 pourrait prêter à confusion. Cette question référait à un chèque et à la monnaie scripturale. Il importe de préciser que le chèque, comme la carte de débit, n’est qu’un moyen de paiement. Il permet de payer à partir des montants déposés auprès d’une banque dans un compte de dépôt à vue. C’est le montant déposé dans le compte courant (dépôt à vue) qui constitue de la monnaie scripturale.

Une formulation correcte de la question aurait été, par exemple: « Un montant de 100 dirhams payés par chèque constitue de la monnaie scripturale. » Ce n’est pas le chèque lui-même qui est de la monnaie scripturale, mais les montants déposés dans des comptes chèques ou comptes courants.

Share →